Music World
Welcome, Guest. Please login or register.
   
  Forgot your password?
 
Find Artists:
 
 
 
Russian versionSwitch to Russian 
Marc Lavoine




Music World  →  Lyrics  →  M  →  Marc Lavoine  →  Albums  →  85-95 / 10 ans de succès

Marc Lavoine Album


85-95 / 10 ans de succès (1995)
1995
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
Ca M'Est Egal
16.
17.
On N'Ira Jamais A Venise
18.
19.
Reste Avec Moi
20.
. . .


Je te donne toutes les Cadillac civiles
Tous les dîners chez Maxime
Tous les cinq étoiles de la ville,
Avec terrasse et piscine
Je donne ma Rollex, mon smoking
Et mes paires de boots en lézard
Un Mystère 20 et deux BŒing
Tout l'or, tout l'argent, tout l'ivoire

Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi
Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi

Je donne toutes les îles désertes
Et tous les palmiers sur la côte
Et la combinaison secrète
Pour ouvrir les coffres et la porte
Je donne les villas bord de mer
Et toutes les toiles de Picasso
Je donne à tort et à travers
Mon temps, ma vie et mon cerveau

Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi
Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi

Du du du du du...

Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi
Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi

Je donne mon paquet de cigarettes
Ma chemise à fleurs, mon kimono
Mes plans secrets et mes plantes vertes
J'offre croisière avec radeau
Je donne mon lit, ma brosse à dents
Mon esprit tordu mais sincère
Mes tickets de bus et restaurant
Je donne tout devant moi derrière

Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi
Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi

Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi
Pour une biguine avec toi,
Envie d'une biguine avec toi

. . .


Un peu spéciale, elle est célibataire
Le visage pâle, les cheveux en arrière
Et j'aime ça
Elle se dessine sous des jupes fendues
Et je devine des histoires défendues
C'est comme ça
Tell'ment si belle quand elle sort
Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu

Un peu larguée, un peu seule sur la terre
Les mains tendues, les cheveux en arrière
Et j'aime ça
A faire l'amour sur des malentendus
On vit toujours des moments défendus
C'est comme ça
Tell'ment si femme quand elle mord
Tell'ment si femme, je l'aime tell'ment si fort

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu

Son corps s'achève sous des draps inconnus
Et moi je rêve de gestes défendus
C'est comme ça
Un peu spéciale, elle est célibataire
Le visage pâle, les cheveux en arrière
Et j'aime ça
Tell'ment si femme quand elle dort
Tell'ment si belle, je l'aime tell'ment si fort

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m'a touché, c'est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m'a touché, c'est foutu

. . .


Une fille aime un garçon
Dans une voiture volée
Près d'une ville bidon
Sur une zone en danger

Terrain vague amarré
A la cité romaine
Comme un fou décoiffé
Déshabille une reine

Sur le parking des anges
Plus rien ne les dérange
La folie les mélange
C'est la nuit qui les change
Sur le parking des anges
Deux anges au petit jour
Ont fait l'amour, ont fait l'amour

Sur le parking des anges
Plus rien ne les dérange
Quand leurs corps se mélangent
Dans la lumière étrange
Sur le parking des anges
Deux anges au petit jour
Ont fait l'amour
Sur le parking des anges

Lui il a sur sa peau
Tatoué le nom de l'autre
Elle lui dit qu'il est beau
Qu'elle en aimera pas d'autres

Elle c'est une trafiquante
D'amour c'est son métier
Mais ce soir c'est l'amante
D'un garçon recherché

Sur le parking des anges
Plus rien ne les dérange
La folie les mélange
C'est la nuit qui les change
Sur le parking des anges
Deux anges au petit jour
Ont fait l'amour, ont fait l'amour

Sur le parking des anges
Plus rien ne les dérange
Quand leurs corps se mélangent
Dans la lumière étrange
Sur le parking des anges
Deux anges au petit jour
Ont fait l'amour
Sur le parking des anges

Les hommes sont arrivés
Avec l'éclat du jour
Le temps s'est arrêté
Suspendu pour toujours

Sur le parking des anges
Plus rien ne les dérange
La folie les mélange
C'est la nuit qui les change
Sur le parking des anges
Deux anges au petit jour
Ont fait l'amour, ont fait l'amour

Sur le parking des anges
Plus rien ne les dérange
Quand leurs corps se mélangent
Dans la lumière étrange
Sur le parking des anges
Deux anges au petit jour
Ont fait l'amour
Sur le parking des anges

. . .


Tu n'oses pas te laisser faire,
Tu l'as jamais fait
Pourtant tu te couches parterre
En secret
Tu n'oses pas toucher ton corps
T'as peur de grandir
Pourtant le soir quand tu t'endors
Tu te fais rougir, tu te fais rougir

Bascule avec moi, bascule
Si tu as chaud en toi,
C'est l'amour qui te brûle
Si tu as chaud comme ça
Bascule avec moi, bascule
Si tu as chaud en toi,
C'est l'amour qui te brûle
Si tu as chaud comme ça
Bascule

Tu n'oses pas aller jusqu'au bout
tu l'as jamais fait
Pourtant tu te moques de tout
En secret
Tu n'oses pas donner ton corps
Ta peur de t'ouvrir
Pourtant le soir quand tu t'endors
tu te fais souffrir, tu te fais souffrir

Bascule avec moi, bascule
Si tu as chaud en toi,
C'est l'amour qui te brûle
Si tu as chaud comme ça
Bascule avec moi, bascule
Si tu as chaud en toi,
C'est l'amour qui te brûle
Si tu as chaud comme ça
Bascule

. . .


Même si j'ai envie de toi
Même si tu sens mon cŒur qui bat
Si je veux du bout des doigts
Coucher avec toi
Même si je suis sincère
Même si tu peux lire dans mes yeux clairs
Que je fais tout pour te plaire
Ne te laisse pas faire
Même si je suis saoul
Même si j'écris des poèmes
Comme un enfant blême

N'ouvre pas, sauve-toi, oublie-moi,
Couvre-toi, pense à toi, laisse-moi
Si on s'attache à nous, on va se faire mal
Si on se cache de tous, on va vivre mal
Ça me fait rêver, ça me fait pleurer
Faut pas rêver, faut pas pleurer oh oh

Même si tu es sûre de moi
Même si tu me veux
Si tu me crois quand je dis n'importe quoi
Dormir avec toi
Même si je suis fou
Même si je sais que je t'aime
Comme un enfant blême

N'ouvre pas, sauve-toi, oublie-moi,
Couvre-toi, pense à toi, laisse-moi
Si on s'attache à nous, on va se faire mal
Si on se cache de tous, on va vivre mal
Ça me fait rêver, ça me fait pleurer
Faut pas rêver, faut pas pleurer oh oh
N'ouvre pas, sauve-toi, oublie-moi,
Couvre-toi, pense à toi, laisse-moi
Si on s'attache à nous, on va se faire mal
Si on se cache de tous, on va vivre mal
Ça me fait rêver, ça me fait pleurer
Faut pas rêver, faut pas pleurer oh oh

Ça me fait rêver, ça me fait pleurer
Faut pas rêver, faut pas pleurer oh oh

. . .


Oh oh tu dors peut-être
Moi je ne peux pas
Par la fenêtre
J'vois la terre en bas
Ici tout me dépasse
Même le silence
Et les aiguilles qui passent
Sur ton absence
A quoi tu rêves
As-tu des envies
Connais-tu la fièvre
As-tu des envies

Le monde est tellement con
Qu'j'ai envie de partir d'ici
M'en aller sans raison
Ne plus donner signe de vie
Respirer d'autres bars
Essayer d'autres lits
Me perdre par hasard
Oublier qui je suis
Oublier qui je suis
Oublier qui je suis

Je sais que c'est ridicule
Mais c'est plus fort que moi
J'me déambule
Tout tourne autour de moi
Et si tout me dépasse
C'est qu'je suis un lâche
Comme ces aiguilles qui passent
Autant qu'il nous détache

Le monde est tellement con
Qu'j'ai envie de partir d'ici
M'en aller sans raison
Ne plus donner signe de vie
Respirer d'autres bars
Essayer d'autres lits
Me perdre par hasard
Oublier qui je suis
Oublier qui je suis
Oublier qui je suis

Oh oh tu dors peut-être
Moi je ne peux pas
Par la fenêtre
J'vois la terre en bas
Le monde est tellement...

Le monde est tellement con
Qu'j'ai envie de partir d'ici
M'en aller sans raison
Ne plus donner signe de vie
Respirer d'autres bars
Essayer d'autres lits
Me perdre par hasard
Oublier qui je suis
Oublier qui je suis
Oublier qui je suis

. . .


[Catherine]
J'me sens pas belle
Quand tu marches, tu marches vers moi.
[Marc]
Qu'est-ce que t'es belle
Quand tu penses, tu penses à toi.

[Catherine]
J'me sens pas belle
Quand tu sais que je sais pas.
[Marc]
Qu'est-ce que t'es belle
Quand tu dis, tu dis je crois.

[Catherine]
J'me sens pas belle
Quand tu ris, tu ris de quoi?
[Marc]
Qu'est ce que t'es belle
Quand tu doutes, tu doutes de toi.

[Marc]
Le soleil est là, le soleil est là, aide-moi.
[Catherine]
Le soleil est là, cache-toi dans mes bras.

[Catherine]
J'me sens pas belle
Quand tu parles, tu parles de quoi?
[Marc]
Qu'est ce que t'es belle
Quand t'as peur t'a peur de toi.

[Catherine]
J'me sens pas belle
Quand tu rêves tu rêves à quoi?
[Marc]
Qu'est-ce que t'es belle
Quand tu penses, tu penses à moi

[Marc]
Le soleil est là, le soleil est là, aide-moi.
[Catherine]
Le soleil est là, cache -toi dans mes bras.
Dans mes bras.

. . .


Tu disais que c'était provisoire
Et j'étais d'accord
Tu ne rentrais pas tous les soirs
C'était nos accords
Le jour où tu es parti
Je n'ai pas réalisé
Je n'ai pas beaucoup dormi
Je t'attendais...

Tu es belle, si tu veux le savoir
Infidèle, si tu veux le savoir
Et si je traîne, comme tu peux le voir
C'est que je t'aime, si tu veux le savoir
Ça va y a pas d'mal, ça va y a pas d'mal
Ça va y a pas...

On se quitte avant qu'on s'arrache
C'était compliqué
Tu disais faut pas qu'on s'attache
C'était déjà fait
Le jour où tu as dis ça
Je n'ai pas réalisé
Je t'attendais...

Tu es belle, si tu veux le savoir
Infidèle, si tu veux le savoir
Et si je traîne, comme tu peux le voir
C'est que je t'aime, si tu veux le savoir
Ça va y a pas d'mal, ça va y a pas d'mal
Ça va y a pas...

. . .


Tous les matins, c'est la même corrida
Lever la tête, ouvrir les bras
Tous les matins, c'est le même numéro
Trouver l'amour, chercher les mots

Je suis coincé comme un évadé
Faut marcher, ne jamais s'arrêter
Je suis piégé, comme un condamné
A marcher, ne jamais se retourner

C'est la vie, la vie c'est du vent
Qui nous souffle les rêves d'enfant
C'est la nuit qui descend,
C'est jamais comme avant
Il ne faut plus faire semblant, attends
C'est la vie, la vie qui le veut
Qui nous blesse, le cŒur et les yeux
C'est la nuit qui retombe
Comme la pluie et les bombes
Il ne faut plus faire semblant, attends

Tous les matins c'est le même cinéma
Tendre les mains, croiser les doigts
Tous les matins, c'est la même comédie
Chercher quelqu'un, trouver celle qui

Je suis piégé comme un naufragé
Faut marcher, ne jamais s'arrêter
Je suis coincé, comme un révolté
A marcher, jamais se retourner

C'est la vie, la vie c'est du vent
Qui nous souffle les rêves d'enfant
C'est la nuit qui descend,
C'est jamais comme avant
Il ne faut plus faire semblant, attends
C'est la vie, la vie qui le veut
Qui nous blesse, le cŒur et les yeux
C'est la nuit qui retombe
Comme la pluie et les bombes
Il ne faut plus faire semblant, attends

. . .


Je pense à vous souvent
Je continue quand même
D'aimer les bateaux blancs
Que le désir entraîne
Je manque de vous souvent
Mais je m'en vais quand même
Laisser voler le vent
Qui souffle sur la peine

Chère amie, je vous envoie ces quelques mots
Pour vous dire qu'il ne fait pas beau
Et que j'ai mal, seul, depuis que je vous ai perdue
Je vous écris ces quelques fleurs
Avec mon cŒur à l'intérieur
Je vous fais toutes mes excuses

Je rêve à vous souvent
Je me souviens de tout
Je me réveille à temps
Mais je vous vois partout
Je vous attends souvent
J'invente un rendez-vous
Vous n'avez plus le temps
Plus une minute à vous

Chère amie, je vous envoie ces quelques mots
Pour vous dire qu'il ne fait pas beau
Et que j'ai mal, seul, depuis que je vous ai perdue
Je vous écris ces quelques fleurs
Avec mon cŒur à l'intérieur
Je vous fais toutes mes excuses

. . .


J'ai le cŒur qui traîne dans la rue Fontaine
et j'ai de l'eau, de l'eau dans les yeux
J'ai le cŒur qui traîne, laisse couler la Seine
J'ai le sourire, sourire malheureux

Oh tu sais je n'ai pas fini de t'aimer
J'ai encore envie d'être heureux, encore heureux
Je n'ai pas fini de t'aimer
J'ai encore envie d'être heureux, encore envie

Avant que tu t'en ailles,
Laisse-moi le temps de te regarder
Avant que tu t'en ailles,
Juste le temps de me retourner
Avant que tu t'en ailles,
Laissons nos corps encore s'enlacer
Avant que tu t'en ailles,
Juste le temps de te retrouver

J'ai le cŒur qui traîne, dans la rue Fontaine
Et j'ai de l'eau, de l'eau dans les yeux
J'ai le cŒur qui traîne, si j'ai de la peine
Si je suis à sang, à sang et à feu

Oh tu sais je n'ai pas fini de t'aimer
J'ai encore envie d'être heureux, encore heureux
Je n'ai pas fini de t'aimer
J'ai encore envie d'être heureux, encore envie

Avant que tu t'en ailles,
Laisse-moi le temps de te regarder
Avant que tu t'en ailles,
Juste le temps de me retourner
Avant que tu t'en ailles,
Laissons nos corps encore s'enlacer
Avant que tu t'en ailles,
Juste le temps de te retrouver

Oh tu sais je n'ai pas fini de t'aimer
J'ai encore envie d'être heureux, encore heureux
Je n'ai pas fini de t'aimer
J'ai encore envie d'être heureux, encore envie

Avant que tu t'en ailles,
Laisse-moi le temps de te regarder
Avant que tu t'en ailles,
Juste le temps de me retourner
Avant que tu t'en ailles,
Laissons nos corps encore s'enlacer
Avant que tu t'en ailles,
Juste le temps de te retrouver

. . .


Tous les jours, je chante pour vivre à découvert
Oui je chante
Parfois je ris et je danse avec des souvenirs
Drôles de fantômes
Je n'ai plus rien à perdre, ce n'est rien
Il me reste toi

Et j'use mes souliers à force de te suivre
J'en oublie le nom des villes
Je t'envoie des courriers, de l'encre à la dérive
Comme un bateau sur le Nil
Et j'use mes souliers à force de te suivre

Tous les jours je change de coin, je plie mes affaires
Je me rase
Et puis dans l'air un parfum, tu n'es pas loin
Tu te laves
Je pense à tous les mots si jolis
Que je lisais sur tes lèvres

Et j'use mes souliers à force de te suivre
J'en oublie le nom des villes
Je t'envoie des courriers, de l'encre à la dérive
Comme un bateau sur le Nil
Et j'use mes souliers à force de te suivre

Je n'ai vraiment plus rien à perdre avec toi
Que de simples choses

Et j'use mes souliers à force de te suivre
Je t'envoie des courriers, de l'encre à la dérive
Et j'use mes souliers à force de te suivre
J'en oublie le nom des villes
Je t'envoie des courriers, de l'encre à la dérive
Et j'use mes souliers à force de te suivre
J'en oublie le nom des villes
Je t'envoie des courriers, de l'encre à la dérive
Et j'use mes souliers à force de te suivre
J'en oublie le nom des villes

. . .


Je marche dans tes rues
Qui me marchent sur les pieds
Je bois dans tes cafés

Je traîne dans tes métros
Tes trottoirs m'aiment un peu trop
Je rêve dans tes bistrots

Je m'assoie sur tes bancs
Je regarde tes monuments
Je trinque à la santé de tes amants

Je laisse couler ta seine
Sous tes ponts ta rengaine
Toujours après la peine

Je pleure dans tes taxis
Quand tu brilles sous la pluie
C'que t'es belle en pleine nuit

Je pisse dans tes caniveaux
C'est d'la faute à Hugo
Et j'picolle en argot

Je dors dans tes hôtels
J'adore ta tour Eiffel
Au moins elle, elle est fidèle

Quand j'te quitte un peu loin
Tu ressembles au chagrin
Ça m'fait un mal de chien

Paris Paris combien
Paris tout c'que tu veux
Boul'vard des bouleversés
Paris tu m'as renversé
Paris tu m'as laissé

Paris Paris combien
Paris tout c'que tu veux
Paris Paris tenu

Paris Paris perdu
Paris tu m'as laissé
Sur ton pavé

J'me réveille dans tes bras
Sur tes quais y a d'la joie
Et des loups dans tes bois

J'me glisse dans tes cinés
J'me perds dans ton quartier
Je m'y retrouverai jamais

Je nage au fil de tes gares
Et mon regard s'égare
J'vois passer des cafards sur tes bars

J'm'accroche aux réverbères
Tes pigeons manquent pas d'air
Et moi de quoi j'ai l'air

Paris Paris combien
Paris tout c'que tu veux
Boul'vard des bouleversés
Paris tu m'as renversé
Paris tu m'as laissé

Paris Paris combien
Paris tout c'que tu veux
Paris Paris tenu
Paris Paris perdu
Paris tu m'as laissé
Sur ton pavé

Je marche dans tes rues
Qui me marchent sur les pieds
Je bois dans tes cafés

Je traîne dans tes métros
Tes trottoirs m'aiment un peu trop
Je rêve dans tes bistrots

. . .


Cache-moi comme un enfant dans ta robe de mariée
Couche-moi comme un amant dans un lit casse
Attache-moi les poignets fais-moi prisonnier
Arrache et déchire enfin ma chemise inutile
Cache pas ce matin ton plaisir si fragile
Fais de moi ce que tu veux rends-moi malheureux

Fais-moi l'amour décadent fais-moi l'amour décalé
Fais-moi l'amour décalé fais-moi l'amour décadent
Tu vois les larmes sont faciles
Les armes infantiles nos âmes volatiles
Fais-moi l'amour décalé fais-moi l'amour décadent

Cache-moi comme un enfant dans ta robe de mariée
Traîne-moi sur les divans de ce château ruine
Dessine-moi sur ton corps fais-moi plus encore

Fais-moi l'amour décadent fais-moi l'amour décalé
Fais-moi l'amour décalé fais-moi l'amour décadent
Tu vois les larmes sont faciles
Les armes infantiles nos âmes volatiles
Fais-moi l'amour décalé fais-moi l'amour décadent

Fais-moi l'amour décadent fais-moi l'amour décalé
Fais-moi l'amour décalé fais-moi l'amour décadent
Tu vois les larmes sont faciles
Les armes infantiles nos âmes volatiles
Fais-moi l'amour décalé fais-moi l'amour décadent

. . .

Ca M'Est Egal

[No lyrics]

. . .


Je prendrais pas les routes principales
Je prendrais le ferry pour passer la rivière
Je mettrais tout ce que j'ai de bien dans les malles
Plein d'espoir, pour demain, pas grand chose d'hier

Face à la mer sous la lune et l'étoile
Je verrais se noyer l'orange tout au fond
Regarder passer quelques bateaux sans voile
Il est bon quelques fois de respirer à fond

Tu me suffiras
Je me contenterais que de toi
Il suffira d'une petite étincelle
Pour que s'ouvre le ciel

J' te dirais pas que la vie est belle
Puisque tu sais que ça dure jamais
Y a plus que les neiges qui soient éternelles
Le repos, les regrets peut-être la paix

J'irais chercher sur le vent des montagnes
Cet air ancien que tout le monde connaît
Sacrées paroles, qui nous accompagnent
Entrer dans la lumière enfin pour de vrai

Tu me suffiras
Je me contenterais que de toi
Il suffira d'une petite étincelle
Pour que s'ouvre le ciel

Il suffira d'une petite étincelle
Pour que s'ouvre le ciel

J'irais chercher sur le vent des montagnes
Cet air ancien qu' tout le monde connaît
Sacrées paroles qui nous accompagnent
Entrer dans la lumière enfin pour de vrai

Tu me suffiras
Je me contenterais que de toi
Il suffira d'une petite étincelle
Pour que s'ouvre le ciel

Tu me suffiras
Je me contenterais que de toi
Il suffira d'une petite étincelle
Pour que s'ouvre le ciel

. . .

On N'Ira Jamais A Venise

[No lyrics]

. . .


[Marc]
Je l'ai regardée sourire
Elle m'a parlé de sa vie
Maintenant je peux m'endormir
Une nuit sur son épaule, une nuit sur son épaule

[Véronique]
Je le veux calme et tranquille
Je le veux tout simplement
Je voudrais qu'il s'abandonne
Une nuit sur mon épaule, une nuit sur mon épaule

[Marc]
Je lui dédie mes sourires
Et même tous mes éclats de voix
Elle me donne sans me le dire
[Véronique]
La violence de son regard
Et voilà
[Marc & Véronique]
Tout simplement
Oh je l'aime

[Véronique]
Mais quand je lui joue du piano
Ses cheveux caressent mon dos
[Marc]
Je lui donnerais ma musique
Une nuit sur son épaule, une nuit sur son épaule

. . .

Reste Avec Moi

[No lyrics]

. . .


Nu Nu Nu Nu Nu

Se dire des choses en dessous de la ceinture
Sentir ta rose roser la nature
Pour s'lécher la vitrine pas besoin de vitamines
Pour une cause imbécile heureux
Se faire des choses en dessous de la ceinture
Rester tel quel, suivre sa nature
Chaussures délassées, dans le pré se prélasser
Amoureux comme des imbéciles heureux

Nu nu nu nu nu

Se dire des choses en dessous de la ceinture
Tenir la pose, doubler c'est plus sûr
On s'rembobine le machin dans la machine
Amoureux comme des imbéciles heureux

Tout nu rêver
Tout nu marcher
Sur des océans bleus
Nu tout nu tous les deux
Ce soir la vie est un jeu
Tout nu tous les deux

Se dire des choses en dessous de la ceinture
Je te propose de nouvelles aventures
Pas de soucis ni de mille et une nuits
Amoureux comme des imbéciles heureux

Se faire des choses en dessous de la ceinture
Trouver la dose au fur et à mesure
On s'acoquine on se fait la cuisine
Amoureux comme des imbéciles heureux

Nu nu nu nu nu

Je veux des bises des bisous
Des baisers dans le cou
Je veux des bises des bisous
Des baisers dans le cou
Des bises des bisous
Des baisers dans le cou
Des baisers des baisers partout

Tout nu rêver
Tout nu voler
Sur le soleil de feu
Tout tout nu tous les deux
Ce soir la vie est un jeu
Tout nu tous les deux

Nu nu

Se dire des mots roses, doux, purs
Oublier ses angoisses
Assumer le temps qui passe

Amoureux comme des imbéciles heureux

Je veux des bises des bisous
Des baisers dans le cou
Je veux des bises des bisous
Des baisers dans le cou
Des bises des bisous
Des baisers dans le cou
Des baisers des baisers partout

. . .


blog comments powered by Disqus



© 2011 Music World. All rights reserved.